Créer un podcast, ça prend 10 minutes

Créer un podcast, ça prend 10 minutes

C’était il y a deux ans, autant dire une éternité.

Je me lançais dans la création d’un podcast « bac à sable », pour tâter le terrain de ce média en plein essor, qui me semblait parfaitement désirable, parce que mettant le grain si particulier de l’audio à portée de toutes les oreilles. Plus libre que la plus libre des radios libres, mobile, se glissant simplement d’une plateforme à l’autre… Ainsi allait ma théorie.

La pratique fut un tout petit peu plus rugueuse. Choisir son matériel d’enregistrement, maîtriser un logiciel de montage audio… Rien de sorcier. Quelques tâtonnements, et pas mal de patience avant de s’estimer satisfait. Mais surtout il fallut comprendre où héberger le podcast, comment être référencé, comment rendre possible l’abonnement sur des plateformes variées, pour quiconque découvrirait mes premiers essais sur mon site web…

Cela impliquait de se plonger dans la documentation d’Apple et Google, notamment; de tester plusieurs extensions sur WordPress…

In fine je parvins à i-not-robot.info, officiellement référencé et découvrable sur les plateformes d’Apple et de Google, donc.

Nous voilà quelque 2 ans plus loin. Le bac à sable est resté en l’état. Je n’ai cessé de maintenir une veille très régulière sur le sujet du podcasting: apparition et disparition d’acteurs petits et grands, offres des plateformes de création et/ou de diffusion, structures de conseil et d’accompagnement, qualité des créations originales ici et là, évolution de la politique des radios (natif or not natif), débats sur les droits, mystères persistants des modèles d’affaire durable… Et une question très simple a fini par s’imposer: combien de temps faut-il aujourd’hui pour créer un podcast et mettre en ligne un épisode de podcast sur les grandes plateformes de diffusion ?

Pour répondre, j’ai choisi la méthodologie la plus expéditive possible: 1/ cliquer sur les premiers résultats non sponsorisés sur Google répondant à la requête « créer un podcast ». Ils viennent en foule. J’ai opté pour Anchor, plateforme de création et diffusion. 2/ cliquer « suivant », sans réfléchir, à chaque étape proposée par la plateforme 3/ opter pour un poème lu à haute voix comme contenu test (parce que nous avons tous besoin de beaucoup plus de poésie)

Résultat : en 10 minutes, j’avait mon épisode « MVP ». Il est là, le podcast s’appelle L’Instant Poésie. Je vous laisse juger de sa qualité.

J’en retiens que pour un podcast de type chronique (locuteur unique), avec habillage sonore minimal, il n’y a pas de barrière technique à l’entrée. Et l’on comprend mieux l’explosion récente de l’offre, du pire au meilleur.

Conséquence: l’avenir d’un projet de podcast, qui ne peut plus bénéficier d’un quelconque effet de nouveauté lié au format, repose sur 2 éléments essentiels:

  • 1/ L’éditorial = l’intention éditoriale (a-t-on vraiment quelque chose à raconter ?) + l’écriture (ce qui doit être entendu est-il bien pensé ?) + la qualité de l’exécution (prise de son, mixage, habillage, postprod)
  • 2/ La stratégie de distribution. On l’a vu, la mécanique de distribution n’est plus un frein. En cela, merci aux plateformes (Anchor, donc, et ses concurrentes, ainsi que les plateformes de streaming audio qui se sont bien vite converties à ce média). Mais la stratégie de distribution, elle, est déterminante. Quelle distribution pourra assurer à un podcast le financement dont il a besoin ? Le podcast est-il un coût à assumer dans une stratégie (marketing et/ou communication) plus large ?

… corollaire: un podcast mis en ligne sans avoir combiné intelligemment 1 & 2 a peu de chance de satisfaire qui que ce soit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *